A l’heure où on parle, la Juventus de Turin réalise une très bonne saison. Ce club italien est en finale de la Coupe d’Italie (contre la Lazio de Rome), demi-finaliste de la Ligue des Champions, et il lui reste un mois afin de remporter la Série A. Cela fait déjà cinq saisons consécutives que la Juve surclasse le championnat italien et cette saison pourrait bien être la sixième.

En Champion’s League, la Juventus de Turin peut aussi faire peur. Cette saison en Europe, ce club n’a encaissé que deux buts et n’a perdu aucune rencontre sur dix matchs joués.

Comment battre cette équipe ?

En attaque, la Juventus de Turin reste efficace car elle contient dans son effectif des joueurs exceptionnels, réalistes, décisifs, qui peuvent faire la différence. En effet, comme tous les grands clubs, l’équipe championne d’Italie en titre a une belle colonne vertébrale dans son onze de départ. La Juve peut se prévaloir d’un grand gardien (Buffon), de bons défenseurs expérimentés (par exemple Chiellini), d’un bon passeur (Pjanic), d’un joueur d’exception (à l’image de Dybala) et d’un grand buteur (qui serait Higuain).

Sur le papier, ces joueurs pourraient évoluer dans n’importe quelle grande équipe européenne. Ces hommes exceptionnels sont réactifs, vont très vite vers l’avant lorsqu’ils le veulent, sont techniques, et peuvent faire très mal sur les coups de pied arrêtés.

Néanmoins, cette équipe n’est pas imbattable. Une équipe comme l’AS Monaco peut très bien avoir une chance de triompher face à cette formation. Même si la Juventus encaisse très peu de buts et reste spécialiste dans le positionnement défensif, car « les italiens ont une discipline et une approche tactique unique au monde » d’après Jonathan Zébina, cette équipe peut être quelque fois en difficulté.

Pour battre la Juve, il faudra fermer les espaces au milieu c’est-à-dire bloquer les joueurs comme Pjanic et Khedira en exerçant un bon pressing, mais surtout ouvrir la défense italienne qu’elle soit à quatre ou à cinq.

Tout d’abord, à cause du pressing adverse, les Turinois auront du mal à relancer la balle vers l’avant car l’équipe adverse aura l’ambition de récupérer le ballon haut afin de se rapprocher des cages de Buffon.

D’ailleurs, pour contrer les italiens, il faudra les obliger à jouer, à faire des attaques placées et à réussir à situer leur bloc défensif le plus haut possible. La défense sera donc plus friable, mais surtout davantage espacée. Les italiens subiraient alors des contre-attaques vers leur but si la défense en question rencontre des difficultés au niveau de la relance.

En outre, si la Juventus ne fait pas d’attaques placées donc ne tient pas le ballon et arrive tout de même à être regroupée derrière, l’autre possibilité pour l’équipe qui l’affrontera serait bien évidemment de jouer sur les extérieurs du terrain c’est-à-dire sur les côtés. Que cela soit une défense à quatre ou à cinq, l’important sera d’occuper les espaces et d’ouvrir la défense turinoise.

Pour exister face à la Juve, il faut à tout prix que les attaquants adverses puissent s’exprimer. Afin de réaliser cela, un attaquant a besoin d’espace pour être réaliste devant le but.

Les joueurs les plus importants lorsqu’on affronte une équipe italienne ce sont les ailiers. Ils devront donc ne pas être attirés par l’axe, coller leur ligne sur les côtés, dribbler, et bien évidemment centrer le plus efficacement possible afin de tromper la défense mais aussi le gardien.

Enfin, une équipe comme l’AS Monaco a les qualités collectives mais aussi des profils individuels intéressants pour embêter la Juventus de Turin. Si les Monégasques jouent comme ils savent le faire, ils auront certainement la chance d’y croire.