Tu joues aujourd’hui avec l’équipe de l’ASPTT Champigny, pourquoi ce choix ?

« Pourquoi ce choix? En réalité c’est une bande d’amis que j’ai retrouvés après être arrivé ici en métropole au mois de septembre. Donc, j’ai rencontré ces amis et j’ai fait des connaissances. Il y a un bon petit niveau ici, donc j’ai opté pour ce choix qui me plaît énormément. »  

 

Que penses-tu de l’équipe ?

« C’est une équipe qui a un très bon niveau. Même si ça reste du football entreprise, il y a quand même un bon niveau. Il y a des anciens joueurs, de bons joueurs qui ont évolué en Martinique qui sont ici. Donc ça reste un bon niveau avec un bon jeu et comme j’ai dit avec de l’amitié. »

 

Quel est ton objectif ?

« Je suis là pour jouer. Je prends plaisir à venir ici, principalement le lundi et le mercredi. Puis, avec le club, si on doit viser le haut du classement on visera le haut du classement. Maintenant, on est toujours qualifié en Coupe de France (entreprise) donc on souhaite aller le plus loin que possible. En Coupe des DOM pareil ! Donc plus on a des objectifs plus on essaye de les atteindre. »  

 

Auparavant, tu as joué avec la sélection de la Martinique de football, quel a été ton plus beau moment ?

« Ah ! J’en ai eu des bons moments ! J’ai eu de supers bons moments mais bizarrement le meilleur que je peux ressortir, ça va peut-être surprendre, c’est mon passage à Haïti. On avait fait un match amical là-bas et malgré la pauvreté, et malgré tout ce qu’on peut voir à la télévision… On a un peuple haïtien qui supporte sa sélection et franchement voir ça… Cela fait vraiment chaud au cœur. C’est vraiment surprenant. »

 

20180220_174206 

 

Tu as même participé à la Gold Cup en 2013 avec la sélection… Quels étaient les joueurs intéressants et importants en ce temps-là pour toi ?

« On était tous concerné. Que ce soit les joueurs amateurs ou les professionnels, on était tous concerné. On était tous au même niveau. Après, on a fait de belles rencontres avec Olivier Thomert, ou encore Jean-Sylvain Babin. Ils sont restés à leur niveau. Nous, on a été à leur niveau également. Ils n’ont pas essayé de nous montrer leur écart professionnel on va dire. Ils se sont bien adaptés. On les avait bien accueillis et ça s’était bien passé. » 

 

Que penses-tu de la sélection de la Martinique d’aujourd’hui ?

« Je les ai laissés cela fait déjà presque un an. Je ne vais pas mentir, je ne suis pas trop le football de la Martinique. Je suis juste mon club de cœur : l’Essor-Préchotain. Je suis quelques fois certains résultats… Mais franchement, la sélection de la Martinique, je ne les suis pas trop. » 

 

La sélection a un nouveau staff aujourd’hui, composé de Mario Bocaly, Frédérique Piquionne et de Fabrice Reuperné, penses-tu au moins que la Martinique progressera ?

« On progresse. Cela fait déjà 8 ans qu’il y a eu de gros changements. Là, ça va petit à petit. Remarquons bien que ça fait déjà deux fois sur trois qu’on va à la Gold Cup. Donc il y a une grosse marge de progression. Maintenant, Frédérique Piquionne est arrivé, je pense que ça attirera un peu plus de bons joueurs professionnels concernés. Donc, on verra ce que ça donnera. » 

 

Enfin, même si tu ne suis plus trop le foot en Martinique, quel message pourrais-tu faire passer au football martiniquais dans sa globalité ?

« De continuer à être à ce niveau. On voit que les clubs martiniquais sont souvent en Coupe de France. Ils viennent souvent défendre leur titre ici. Cela devient donc une habitude et ça rivalise bien avec les clubs de métropole. Donc comme j’ai dit, c’est une nette progression, en espérant qu’ils continuent sur cette lancée. »