Kévin Fortuné est arrivé au RC Lens en juillet 2016, aujourd’hui en septembre 2018, cet attaquant a signé un contrat de 3 ans à l’ESTAC de Troyes !

Interview :

 

Pourquoi as-tu quitté le RC Lens pour l’ESTAC de Troyes ?

« Tout simplement, je voulais me lancer dans un nouveau projet. J’ai pensé que j’avais fait le tour dans ce club de Lens. Avec l’arrivée de plein de nouveaux joueurs et encore avec l’arrivée de deux joueurs offensifs à la fin du mercato, j’ai pensé que c’était le bon moment de laisser la place aux nouveaux et moi, d’aller vers un nouveau projet. » 

 

Comment se passe l’intégration ?

« Superbe ! Mon intégration est vraiment superbe. Déjà, je connaissais des joueurs de cet effectif et j’ai atterri dans un club très familial. Il y a de très bons mecs ! Des mecs qui ont de l’expérience et qui savent comment t’intégrer. Et, en plus, le fait que je connaisse quelques personnes a encore plus facilité la tâche. »

 

Christophe Hérelle, ton cousin, t’a-t-il conseillé ?

« Non. Je lui ai demandé juste comment étaient la ville et le club. Il ne m’a dit que du bien que ce soit de la ville ou de cette équipe-là. Donc ça m’a conforté dans mon choix. »

 

Quels sont les objectifs de ton nouveau club ?

« L’objectif déjà c’est de jouer match par match parce qu’on est dans une situation difficile. Donc jouer match par match et relever la pente. On verra à la fin de la saison où l’on sera mais pour l’instant l’objectif primordial est de remonter la pente doucement mais sûrement. Après, on verra où nous sommes. »  

 

Quels sont tes objectifs personnels ?

« Moi, c’est comme tous les ans : C’est être meilleur que la saison passée ! Je n’ai pas d’objectif personnel. C’est toujours faire mieux que la saison passée. »

 

Qu’est-ce que le RC Lens représente pour toi ?

« Le RC Lens représente beaucoup. Ça représente le club qui m’a fait signé footballeur professionnel. C’est aussi mon premier but en tant que joueur professionnel. Je pense aussi à ce stade en folie avec les supporters… Je ne retiens que du positif dans ce club-là. Après, c’est un club qui a su me faire confiance. J’espère leur avoir rendu cette confiance nécessaire et ça sera un club à jamais gravé dans mon cœur. »

 

A Lens, il y avait Thomas Ephestion, un autre martiniquais de l’équipe, qu’est-ce qu’il représente également pour toi ?

« Thomas, c’est particulier. Thomas, je le connais depuis X années parce qu’on a joué ensemble à Béziers. On avait créé des liens et on s’était encore retrouvé à Lens. Donc, il est comme mon petit frère. On était souvent ensemble. On parlait souvent, on rigolait ensemble. Jusqu’à présent, même si lui il est à Orléans et moi à Troyes, on se tient souvent au courant et on s’appelle. C’est mon frère quoi ! » 

 

Aimerais-tu, toujours, porter les couleurs de la sélection de la Martinique ?

« Je l’ai toujours voulu ! J’ai toujours voulu jouer pour mon pays, pour mon île. J’ai toujours voulu jouer pour eux sauf que c’était le club du RC Lens qui refusait parce qu’à l’époque la sélection ne jouait pas à des dates FIFA. Maintenant que tout ça est homologué et réglé, j’espère que je serai à nouveau sélectionnable pour enfin enfiler ce maillot bleu. C’est important pour moi. C’est important aussi pour ma famille puisque j’aimerais jouer chez moi dans mon île, dans mon pays, pour représenter ma famille et tous les Martiniquais. »

 

Dans ton nouveau contrat, il y a-t-il une clause qui te permet de jouer avec les Matinino ?

« Non. Il n’y a pas de clause. C’est juste à moi d’avoir des discussions avec les dirigeants de mon club et les dirigeants de la Martinique. S’ils arrivent à se mettre d’accord, en sachant que moi mon accord est déjà tout fait, ça sera un plaisir de faire mes 8 heures de vol pour venir m’entraîner avec les gars. »