À 16 ans tu évolues avec l’équipe senior de l’Aiglon du Lamentin, est-ce que jouer au football en Martinique devient presque trop facile pour toi ?

« Non, ce n’est pas facile. Après, par rapport à mon âge ce n’est pas vraiment facile puisque je joue avec des messieurs qui ont à peu près la vingtaine, la trentaine voire la quarantaine. Donc, non ce n’est pas facile. C’est beaucoup de travail. »

 

Quand tu joues, quelles sont tes difficultés et tes facilités ?

« Quand je joue, je dirai que ma difficulté c’est l’endurance. C’est vraiment quelque chose que je travaille. Après, j’ai des facilités au niveau des dribbles et de la percussion. »

 

Qu’est-ce que tu retiens de l’aventure de l’Aiglon du Lamentin en Coupe de France ?

« Par rapport au parcours de Coupe de France, je n’aurais pas pensé que pour ma première année en senior on serait arrivé jusqu’en 32e de finale. Cela a été vraiment une belle expérience parce que l’Aiglon n’est jamais arrivé à ce stade de la compétition. Ça a vraiment été une belle expérience ! Je retiens juste que j’ai joué sur des stades de clubs professionnels. J’espère qu’on pourra refaire ça un jour. »

fb_img_1546881828450

 

Au sein du club lamentinois, quel joueur pourrait être ton modèle ?

« Je n’ai pas de modèle. Personnellement, j’ai beaucoup d’affinités avec quelques joueurs ici. J’aime beaucoup Ambroise Félicitet. C’est quelqu’un que j’ai rencontré cette année qui est vraiment un bel ami. Mais de toute façon je m’entends bien avec tout le monde au club. Je n’ai pas vraiment de modèle… C’est l’équipe mon modèle. C’est l’Aiglon mon modèle. »

 

Que penses-tu de José Goron ton coéquipier en attaque ?

« José Goron c’est vraiment un bon joueur. Il a joué dans différents clubs en Martinique. Même cette année il montre qu’il est présent. Il marque souvent. En tant qu’attaquant, c’est vraiment un bel exemple. Il me donne des conseils sur mon placement, sur ma façon de jouer… C’est vraiment quelqu’un qui m’explique tout. Donc c’est vraiment quelqu’un de bien. » 

 

As-tu déjà eu des contacts pour rentrer par exemple dans un centre de formation ou un club de football en France hexagonale ?

« À vrai dire, oui j’en ai déjà eu. Je ne vais pas citer les clubs. Mais oui, 4 clubs en France m’ont déjà contacté. Sincèrement, ça s’est bien passé mais je n’ai pas de réponse pour le moment. » 

 

Devenir footballeur professionnel est-ce un rêve réalisable pour toi ?

« Oui. Si je me donne les moyens c’est vraiment possible. D’ailleurs, c’est possible pour tous les footballeurs qui évoluent ici si on se donne à fond. Mais devenir footballeur professionnel c’est vraiment un rêve ! »

 

En 2017, tu as déjà fait des présélections à Clairefontaine avec l’équipe de France U16. T’es-tu senti au niveau des autres joueurs ?

« J’y suis allé deux fois déjà. La première fois, je ne me suis pas trop senti à l’aise parce que je sortais d’une longue blessure à la cuisse et je n’avais fait qu’une semaine de préparation pour partir. Après, j’ai vraiment eu de la chance. Ils m’ont dit qu’ils me donnaient une deuxième chance parce que je sortais de blessure. Quand je suis revenu je me suis senti au niveau des autres joueurs. Ça s’est vraiment bien passé. »

 

Que penses-tu de la formation en Martinique ?

« La formation en Martinique est bien. Ça dépend des clubs. Moi je suis resté à l’Aiglon. Donc ma formation a toujours été bien organisée. Je ne connais pas la formation des autres clubs mais à l’Aiglon j’ai vraiment eu une belle formation et pour les autres jeunes c’est vraiment une formation de qualité. »

 

Aiglon

 

Avec les séniors de l’Aiglon, être champion de la Martinique tu y crois ?

« Oui j’y crois parce qu’on a battu le leader : Le club Franciscain. On a vraiment un bon groupe. Le groupe est vraiment homogène. Donc oui moi j’y crois. »

 

Qu’est-ce que le football représente pour toi ?

« J’ai commencé le football à 8 ans. C’est vraiment une grande passion parce que je ne pense qu’au football en fait. Il y a l’école aussi. Je fais mes devoirs quand je rentre à la maison. Mais le football ça te dégage de tout. Ça te met bien. Dès que tu as le ballon à tes pieds tu fais ce que tu veux. Tu te sens bien. Quand tu as entraînement, tu n’as même pas envie de partir de l’entraînement. Quand tu joues en match , tu n’as même pas envie de sortir ou d’être remplaçant… Donc c’est vraiment une grande passion pour moi ! »