L’entraîneur du Club Franciscain, Patrick Percin nous analyse le match de son équipe face au Tours FC en Coupe de France et revient sur son nouveau rôle à la tête de l’équipe du François.

Retour sur la défaite du Club Franciscain (2-1) face au Tours FC, lors du Huitième tour de Coupe de France.

« Face au Tours FC, j’ai été assez fier de mes joueurs. J’ai trouvé qu’on a fait un bon match dans l’ensemble. On a fait une superbe première mi-temps. On était très bien tactiquement. Mes joueurs ont appliqué exactement ce qu’on leur avait demandé de faire. Ils ont bien défendu avec deux lignes de quatre. C’était vraiment pas mal. Par contre, on n’a pas été assez efficaces lors de ce match. Si on l’était, on aurait pu mener deux voire trois buts à zéro à la mi-temps. Après, en deuxième période, on savait clairement que les Tourangeaux nous mettraient beaucoup de rythme. On n’a peut-être pas su faire les mêmes efforts par rapport aux 45 premières minutes. Effectivement, on n’était pas assez concentrés et nous n’avons pas pu reproduire les mêmes efforts défensifs ensemble. Le bloc équipe a disparu et je pense que c’est en partie pour ça qu’on prend un carton rouge. Après, à 10 contre 11 face à une équipe qui était professionnelle il y a deux ans, ce n’est pas évident… Mais, on s’est bien battus. On a réussi à tenir jusqu’aux prolongations, même si j’espérais arriver aux tirs au but pour pouvoir remporter ce match. »

Concernant sa casquette d’entraîneur au François

« Entraîner, c’est quelque chose que j’avais déjà fait à la Samaritaine. J’ai gagné la Ligue Antilles en tant qu’entraîneur-joueur. Après j’ai un peu d’expérience puisque j’ai coaché les sélections de jeunes et l’équipe du pôle espoirs. Aussi, lorsque mon père était entraîneur on discutait beaucoup et je lui donnait également de nouvelles méthodes. C’est clair, il a plus d’expérience que moi, mais je suis davantage au fait des choses que lui. Donc, j’étais un peu son adjoint, officieusement. Cela m’a beaucoup apporté. Maintenant, je me suis consacré à ma carrière d’entraîneur, cette année. Même si je joue avec la réserve de temps en temps, je ne fais que ça… Franchement, j’aurais préféré être sur le terrain. Mais bon, je prends de plus en plus plaisir à faire ce que je fais et à transmettre ce que j’ai appris aux jeunes. »