Dans cette interview, le youtubeur Guynel Capgras explique son amour pour l’US Robert tout en s’exprimant également sur le football en Martinique et notamment sur l’organisation de la Régionale 1, la saison prochaine. Parallèlement, le Robertin se confie sur son accident de la route et sa grave blessure, à l’âge de 23 ans.

De 5 ans à 17 ans, tu as fait tes classes à l’US Robert. Mais aussi, rappelons que ton père Nikita Capgras a fait les beaux jours du club dans les années 1980. Sincèrement, que signifie cette équipe robertine pour toi ?

« En fait, mon père m’a inculqué le « football des clochers ». Ce qui signifie un football avec des équipes composées uniquement de joueurs du cru. Ainsi, j’ai cette fibre robertine alors que j’habite le Lamentin. Je représente le Robert ! Quelque soit le sport, je supporterai le Robert. Et cet amour pour cette commune m’a été transmis de génération en génération. »

Quel commentaire peux-tu faire sur la saison 2019/2020 de l’US Robert (5e en Régional 1 avec 39 points) ?

« Sur la fin de saison, je pense qu’ils auraient pu être dans les 4 premiers. L’entraîneur qu’on ne présente plus, Charles Bonix, menait très bien ses hommes. Sincèrement, l’US Robert aurait pu faire mieux encore, s’il n’y avait pas le confinement. »

Tu as aussi joué en sélection de la Martinique U15 et U17. Comment juges-tu la formation sur l’île ?

« Ma formation était totalement différente par rapport à ce qui se fait aujourd’hui. Je pense que si nos footballeurs de l’époque avaient la possibilité de se former comme maintenant, on aurait eu peut-être davantage de joueurs professionnels. Avant, on avait des joueurs plus doués intrinsèquement. A l’époque, les 3 meilleurs joueurs de chaque club étaient envoyés dans une première détection en sélection. Ensuite, ils gardaient les meilleurs du groupe pour faire la deuxième détection. Par exemple, moi je ne faisais pas partie des meilleurs en sélection car je n’ai pas été retenu pour partir à Clairfontaine… Mais je me débrouillais. »

A 23 ans, tu es victime d’un accident de la route. Résultat : tu as eu deux jambes cassées, tu étais même dans le coma pendant 1 semaine et on a failli t’emputer une jambe… Le football s’arrête ainsi pour toi. A l’époque, comment as-tu vécu cet événement ?

« En fait, c’était super dur de se réveiller et de réaliser qu’on est couché avec deux jambes immobilisées. De se dire aussi, que peut-être que tu ne pourras pas remarcher un jour. Dans ces moments-là, tu ne penses pas au football ! Tu espères juste pouvoir remarcher. Franchement, courir après un ballon devient secondaire.

J’ai fait 4 mois en chaise roulante. Je m’attachais à l’espoir. Le médecin m’avait dit qu’en six mois, j’aurais pu remarcher dans un premier temps, puis courir et rejouer au football par la suite. Mais je t’avoue que sur le moment, on ne pense pas au foot… J’ai pris du temps à retourner voir les matchs. Je n’avais pas la force de regarder les autres jouer. C’était dur pour moi à vivre. Mais avec le temps, c’est passé. Et aujourd’hui, ça va mieux. »

Aujourd’hui, tu es un youtubeur. Tu médiatises le sport en Martinique et notamment le football. Pourquoi réalises-tu tout cela ?

« En fait, pendant un tour des yoles, je faisais quelques vidéos assez drôles pour résumer les étapes. Et un jour, Félix Mérine (UFR/Chanflor) lors d’une arrivée avait déclaré avoir vu la faiblesse d’un des ses adversaires et qu’il irait « l’attaquer » lors de la prochaine course le lendemain. Juste en disant cela, il est passé pour quelqu’un d’hautain et de prétentieux. Mais moi qui le connais, j’ai su que ce n’était pas sa vraie nature. Et je me suis dit : mais les gens ne connaissent pas suffisamment nos sportifs ! Ils ne les voient pas assez dans les France-Antilles ou à la télévision… Il faut faire quelque chose.

Donc, j’ai créé une chaîne YouTube pour médiatiser davantage nos sportifs ou pourquoi pas pour les découvrir totalement. YouTube était un choix logique pour moi car mes vidéos ne s’arrêteront pas uniquement à la Martinique. En effet, quelqu’un qui se trouve en Alaska peut aujourd’hui regarder et découvrir Félix Mérine. Et c’est pour ça que j’ai choisi YouTube car j’ai la possibilité de toucher un public plus élargi. »

Mais revenons sur le football. La saison prochaine, il y aura deux groupes de huit équipes en Régional 1. Ce très probable nouveau format (transitoire) du championnat élite de la Martinique te plait-il ?

« Oui et non. Il faudra savoir comment seront organisés les groupes. S’il y a davantage d’équipes réputées comme performantes dans un groupe, le deuxième groupe ne sera pas si intéressant que ça. Donc j’espère que les deux groupes seront équilibrés pour bien retrouver en phase haute les six meilleures équipes de l’île. Après, tu me diras qu’il peut toujours y avoir une équipe surprise… »

Le club de la Samaritaine sacré champion de Martinique et le Réveil Sportif du Gros-Morne relégué en Régional 2. Valides-tu ce scénario ?

« C’est très délicat. Quelque soit la décision, il y aura toujours des personnes qui approuveront et désapprouveront l’idée. J’aimerais qu’on soit plus indulgent face aux avis et opinions de certaines personnes. Moi, j’aurais dit la saison blanche. »

Enfin, la sélection de la Martinique tentera d’atteindre et de dépasser les quarts de finale de la Gold Cup, en 2021. Est-ce réalisable ? Crois-tu en cette équipe ?

« Bien sûr ! Pour moi, au niveau des Antilles-Guyane, la sélection de la Martinique a les meilleurs joueurs ne serait-ce qu’au niveau local. D’ailleurs, nos joueurs locaux ne sont pas toujours dépaysés en terme de niveau lorsque les joueurs professionnels arrivent en sélection. À la Gold 2019, je pense qu’on aurait pu déjà passer le premier tour. Je pense que la prochaine organisation de la R1 sera beaucoup mieux pour préparer la compétition. En 2019, le Canada nous bat car ils avaient axé leur préparation sur le match contre la Martinique. Donc, si on a l’occasion de se préparer beaucoup mieux, on peut faire de grandes choses, à mon avis. »

Par ailleurs, Guynel tient à faire un petit coucou à Jean-Hugues Bellance, président du Réveil Sportif, et à nos confrères de Karaibes Sports.