Ce mercredi matin, au complexe Arena play on de Schoelcher a eu lieu la 7e édition du MixXY-FUT, un tournoi de futsal mixte réservé aux jeunes garçons et filles de 14 à 16 ans. 10 équipes étaient invitées.

Le football comme vecteur d’insertion et d’épanouissement du jeune. C’est ce que l’association Diambars Martinique a voulu montrer ce mercredi matin aux divers joueurs (âgés de 14 à 16 ans) présents au complexe Arena play on de Schoelcher. Après avoir commencé en 2011 un MixXY-FUT à 5 équipes, puis à 8 équipes lors des précédentes éditions, cette année, le tournoi de futsal mixte a accueilli 10 équipes et près d’une centaine de jeunes ! Une très bonne nouvelle pour Corinne Bonnaire Anglionin, la présidente de Diambars Martinique :

« Le sport est un outil formidable pour permettre au jeune de s’ouvrir à lui-même et de s’ouvrir aux autres pour partager des valeurs en tant que citoyens responsables et avertis. Très tôt, nous avons fait le choix d’accentuer la mixité, ce partage entre garçons et filles, dans nos activités. Le MixXY-FUT est un concept imaginé par des jeunes de Diambars Île-de-France et nous l’avons adapté en Martinique depuis 2011 en futsal. Nous en sommes à la 7e édition avec 2-3 années qui ont sauté. Nous sommes heureux d’offrir à ces jeunes la possibilité de s’exprimer et de comprendre l’importance de se respecter, » nous a-t-elle indiqué.

Au terme de cette 7e édition, l’équipe de l’Emulation est sortie grande vainqueure du tournoi en battant le Playlop FC (3-1) en finale.

La réaction des joueurs :

Talia Vives (14 ans/ Emulation) : « Je suis heureuse car on a gagné en majorité contre des garçons assez forts. Il y avait des joueurs de la Section d’Excellence Sportive et du Pôle Outre-Mer. C’était quand même très physique mais on s’en est bien sortis puisqu’on avait une bonne équipe aussi. Donc, ça a été. Il y a beaucoup de joie. »

Enzo Reuperné (14 ans/ Playlop FC) : « J’ai donné le maximum. Lors de la finale, on a réussi à remonter au score car on était menés 1 but à 0. Ils ont marqué très tôt et ça a cassé notre moral. On a su relever la tête et aller de l’avant mais, à la fin, on perd… Physiquement, les filles ne sont peut-être pas comme nous. Mais, on a su s’adapter et je trouve qu’elles ont du niveau. »

Esprit de compétition, sourires, chaleur humaine et cris de joie… Au terme du tournoi, joueurs, éducateurs, parents et organisateurs semblaient ravis. Des sensations agréables qui tombent bien en cette période de fêtes.

.