Le chili est champion d’Amérique du sud !

chile-campeon-copa-america-2015

Les coéquipiers d’Alexis Sanchez l’ont fait, ils ont remporté la première Copa América de leur histoire, chez eux, dans leur pays. Favoris, pratiquant un très beau football, la « Roja » a gagné le trophée en allant jusqu’aux tirs aux buts, après nous avoir offert 120 minutes de folie.

L’Argentine, quant à elle s’est montrée dangereuse par moment dans le match. Toutefois, on notera qu’elle a été globalement en difficulté. Le Chili a-t-il une très bonne équipe ou un très bon collectif ? Nous tenterons de répondre à cette question en analysant le parcours de cette sélection tout au long de cette prodigieuse Copa.

Tout d’abord, il est important de le dire, le Chili ne compte pas énormément de grands joueurs, comme la sélection argentine par exemple, mais elle a un atout maître: une identité de jeu.

Soulignons d’ailleurs que les sélections qui arrivent à avoir une bonne entente collective sont rares. Chez les « Rojos », il y a trois grands joueurs connus: Claudio Bravo (gardien du Barça), Arturo Vidal (milieu de la Juventus) et Alexis Sánchez (attaquant d’Asenal FC). Les autres sont de bons joueurs, mais pas aussi réputés que les artistes précités. Sur le papier on pouvait alors se dire que l’Argentine allait gagner la finale. Avec un Lionel Messi dans ses rangs, cela paraissait évident !

Moi, le passionné du football total, je suis le premier à vous dire que le foot ne se joue pas sur les papiers, mais bien évidemment sur le terrain. Le Chili ne gagnait pas tout le temps grâce à des exploits individuels, il gagnait grâce à son collectif ! Jouant un jeu simple: en enchaînant les passes, en jouant principalement sur les côtés, en centrant pour marquer à six mètres du but, en récupérant très haut, grâce à son pressing qui pouvait étouffer le jeu de son adversaire… Ce onze valait plus qu’un meilleur joueur au monde !

477282896

Cette équipe ne jouait pas à onze, elle jouait pour son pays, et 17,62 millions de Chiliens jouaient aussi! Ce peuple, amoureux de son hymne et de sa patrie, croyant en sa force ravageuse, croyant en lui-même, croyant en son équipe, croyant au collectif… a su contribuer au sacre de son pays! Les Chiliens peuvent dire « ¡Gracias Sampaoli! »; Sampaoli le sélectionneur du Chili, disciple de Bielsa, qui a réussi à mettre à profit les méthodes de son maître. Ce dernier aura donc fasciné et inspiré l’actuel vainqueur de la coupe d’Amérique du Sud. Sampaoli aura reproduit à l’image « del loco » un jeu original que seules les personnes qui ne sont pas comme les autres savent oser!

398997_heroa

Au final, le foot est un sport collectif qui se gagne au minimum à onze. Personne ne peut gagner un match à lui tout seul. Un joueur exceptionnel, certes, pourra aider son équipe en se débarrassant facilement de l’adversaire, pour ensuite marquer le but. Mais pour ce faire, il faut que ce grand joueur soit en confiance et connaisse parfaitement les joueurs autour de lui pour qu’enfin lui aussi soit bien rodé dans son collectif à lui.

Le Chili et le Barça sont pour moi des exemples. Toutes les équipes devraient s’en inspirer car il n’y a rien de plus beau pour un spectateur que de voir du beau jeu !