Étant le club le plus riche de France et rivalisant d’ailleurs avec les plus grandes équipes européennes sur le plan financier, le Paris Saint-Germain pouvait donner à penser que rien ne l’arrêterait cette année. En tout cas, sur le plan sportif, nous découvrons petit à petit que cette équipe a en réalité quelques faiblesses…

Tout d’abord, force est de constater que sans Neymar, Paris peine dans l’organisation du jeu. La star parisienne quand elle est présente a l’avantage d’attirer plusieurs défenseurs adverses en décrochant et surtout en se projetant vers l’avant.

Cette stratégie porte ses fruits car en aspirant les défenseurs, Neymar crée énormément d’espace pour ses coéquipiers. Attiré vers l’axe du terrain, il cherche souvent Kylian M’Bappé ou Daniel Alves à droite, Cavani dans l’axe, voire Layvin Kurzawa sur son côté gauche…. Ces derniers, donc, hors marquage dans ces situations, jouent ainsi libérés et arrivent à faire la différence face aux adversaires.

Par contre, quand Neymar n’est pas là, dans l’utilisation du ballon, Paris n’arrive pas à trouver les décalages vers les côtés du terrain contre des équipes qui jouent avec un bloc défensif très compact.

Contre l’Olympique Lyonnais par exemple, où le PSG perd 2 buts à 1, Di Maria et Draxler par la suite, n’ont pas suffisamment utilisé leur couloir respectif et ont eu des difficultés à trouver Edinson Cavani esseulé dans l’axe. Notons qu’ils revenaient trop souvent vers les milieux de terrain afin de trouver une faille dans les intervalles (et ainsi casser les lignes), intervalles qu’ils ne trouveront jamais durant ce match.

Seulement deux joueurs ont profité des couloirs droits et gauches : Daniel Alves et Layvin Kurzawa. D’ailleurs, l’unique but parisien ne provient pas d’un exploit individuel (contrairement aux buts lyonnais) mais d’un jeu collectif. Le ballon est récupéré assez haut et Alves arrive ensuite à centrer pour Kurzawa qui marque d’une magnifique reprise de volée.

Cela prouve en réalité que la Force du PSG repose certes sur ses individualités mais aussi et surtout sur son utilisation du ballon sur les côtés afin de se créer des occasions.

En somme, une raison essentielle explique la défaite du PSG contre Lyon : les couloirs n’ont pas été assez exploités dans un match où l’OL avait un bloc équipe très compact. En effet, les Parisiens ont été aimantés par l’axe du terrain, où les Lyonnais les attendaient, au lieu d’être attentifs au jeu sans ballon de leurs joueurs sur les côtés.

Contre Montpellier, une équipe qui a également causé des problèmes au PSG, nous pouvons faire le même constat. Sans Neymar, il était difficile de faire bouger un bloc équipe défensif bien fermé. Les joueurs parisiens ne trouvaient pas… ou encore ne cherchaient pas assez les décalages vers les extérieurs du terrain.

Pour finir, d’une manière générale, nous savons dorénavant que le PSG a des difficultés à l’extérieur : les Parisiens ont fait des matchs nuls à Montpellier et à Marseille et ont subi des défaites à Strasbourg, à Munich, et à Lyon… A l’extérieur, Paris est déstabilisé.

Que manque-t-il alors au PSG  ?

D’après moi, si le PSG veut tout gagner, il devra être bien préparé psychologiquement. Il faudra aussi que ses atouts offensifs puissent faire des appels et jouer principalement sur les côtés du terrain si la philosophie mise en place est bien de créer un maximum de danger.