Tu as joué avec la sélection de la Martinique de football auparavant (4 sélections), quelle analyse fais-tu de leur dernière Gold Cup (Juillet 2017) ?

« Grâce à Internet j’ai pu voir quelques matchs de la sélection à la Gold Cup. Ils ont une bonne équipe. J’ai vu qu’il y avait aussi l’apport des professionnels. La sélection est en bonne voie. Il ne faut pas baisser les bras et il faut continuer à persévérer. J’espère qu’avec l’apport de Mario Bocaly la sélection aura de nouveaux joueurs. »

 

D’après toi, quels sont les joueurs amateurs qui sortent du lot, c’est-à-dire ceux qui peuvent devenir professionnels ? 

« Ah! Il y en a pas mal ! Je pense que Daniel Hérelle, Grégory Pastel et d’autres peuvent frapper à la porte. Après, maintenant je trouve que c’est plus facile de se montrer par rapport à avant. Mais j’espère, avec la Ligue de Football, qu’on ait des apports comme Gérard Janvion. Je trouve qu’on ne s’appuie pas assez sur lui par exemple pour envoyer des petits jeunes faire des essais. »      

 

Tu joues en France aujourd’hui à l’ASPTT Champigny, quels avantages et quels défauts peut avoir le football en Martinique ?

« L’avantage est qu’en Martinique on est chez nous. On a la famille, on a tout ! Quand on est en Métropole, tu n’as pas la famille, il fait froid… Cela peut être un handicap. »

 

D’après toi, Mario Bocaly, Frédérique Piquionne, et Fabrice Reuperné  peuvent-ils faire du très bon boulot avec la sélection ?

« Pourquoi pas ! Moi je pense qu’avec l’apport de Frédérique Piquionne et Fabrice Reuperné, nous avons deux hommes qui ont un passé professionnel. Ils peuvent amener des solutions en plus pour Mario Bocaly. Enfin, on ne parle pas de Garry Bocaly, mais je pense que Garry aussi peut mettre la main à la pâte pour emmener la sélection au plus loin. »