Après le match contre le Club Deportivo Walter Ferretti (Nicaragua) en Concacaf League, tu as reçu un trophée pour célébrer ton palmarès… Qu’est-ce que tu peux dire sur cette distinction ?

« Je suis très content et très fier. Souvent on honore les gens quand ils sont morts sur leur tombe. Moi, de mon vivant, je suis honoré aujourd’hui. Je suis très fier pour la Martinique d’être le footballeur amateur le plus titré de la France. Pas seulement de la Martinique mais de la France. Donc j’en suis très content. De voir ensuite que c’est monsieur Paviot qui a été à l’initiative de ce trophée ça fait plaisir parce que c’est l’un des révolutionnaires du football en Martinique. Je pense que si j’en suis là aujourd’hui c’est grâce à lui. Il m’a ouvert des portes. Sans lui, je serais peut-être resté à la Gauloise… C’est lui qui m’a fait venir au François. Et il a fait connaître le Club Franciscain. Si ce club est ce qu’il est aujourd’hui, c’est grâce à Camille Paviot. Je tiens à le remercier. Après, c’est dommage ! Cette coupe-là va devenir obsolète rapidement car je veux encore gagner des titres. C’est peut-être prétentieux ce que je vais dire, mais j’ai encore des jambes et je vais encore gagner des titres pour ajouter quelques lignes à mon palmarès ! »

 

Qu’est que tu peux dire sur Dominique Jean, ton entraîneur actuel ?

« Cela fait un moment que je connais Dominique Jean. J’étais avec lui au CS Bélimois. C’est un gars humble. C’est peut-être ce qui fait sa force au Club Franciscain. Peut-être qu’il y a meilleur entraîneur que lui , mais lui, il est humble, il nous écoute. Peut-être qu’un entraîneur avec beaucoup de diplômes aurait voulu faire ce qu’il a envie de faire… Mais nous, au Club Franciscain on s’autogère. On se gère nous-mêmes. Les coachs nous écoutent beaucoup. C’est nous qui sommes sur le terrain donc lorsqu’on sent quelque chose on peut leur dire. Moi j’ai le BE2 donc ils me font confiance aux entraînements. Je tiens à remercier Dominique pour son humilité. C’est grâce à ça qu’on gagne tout ce qu’on a gagné. »

 

C’est quoi ton pronostic pour le match retour contre le Club Deportivo Walter Ferretti (Nicaragua) ?

« Je ne suis pas trop fort aux pronostics. Par contre je peux dire que nous serons qualifiés. Je pense qu’on sera qualifié parce que je suis sûr qu’on va marquer un but à l’extérieur. Si on marque 1 but à l’extérieur, il faudra qu’on marque 3 buts pour nous éliminer. Je ne pense pas qu’on prendra 3 buts… Donc je dirai une victoire 2 buts à 1 ou 1 à 0. Mais en tout cas, il faudra se qualifier pour ramener un autre club de la Concacaf en Martinique. »