L’attaquant martiniquais de l’OL, Jeff Reine-Adélaïde évoque l’île natale de ses parents : la Martinique. Une île qui le rend heureux lors de ses vacances.

Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, le 15 décembre 2019 en Championnat face à Rennes (0-1), Jeff Reine-Adélaïde l’attaquant de l’Olympique lyonnais s’était récemment confié concernant sa rééducation, sur le site internet de l’OL. L’international Espoirs français (17 sélections, 6 buts) avait alors indiqué que le travail était assez éprouvant, durant cette période. Mais aussi, il avait révélé avoir passé deux semaines de vacances en Martinique. 14 jours qui l’ont d’ailleurs beaucoup aidé à garder le moral, lors de sa rééducation.

Près de deux semaines après cette interview pour le média de son club, le Rhodanien a repris l’entraînement avec le groupe lyonnais et nous a même livré en exclusivité ce que la Martinique représentait pour lui :

« La Martinique; c’est là où sont nés mes parents. Quand je suis au pays, j’ai un sentiment de liberté qui se mélange à une paix indescriptible. Je suis toujours heureux de retrouver ma famille. J’ai surtout cette chance de connaître le Sud (Rivière-Pilote) de par mon père, et le Nord (Morne-Rouge) de par ma mère. Ce sont 2 paysages différents et chargés d’histoires. Par exemple, quand je venais en vacances avec mes parents, nous allions systématiquement à la plage de l’Anse figuier où j’ai beaucoup joué au foot avec mes cousins et mes oncles, profité de la mer, pique-niqué et surtout mangé des chichis. Et puis, il y a le Nord qui a une végétation époustouflante et des mornes vertigineux. De très belles randonnées. Le canal des esclaves, le saut du gendarme, les gorges de la falaise, les pitons du Carbet  et bien entendu la Montagne Pelée. Au Nord de la Martinique, j’aime aussi me baigner à la plage du raisinier, au Carbet. Et pour finir, j’adore les bons petits plats de ma mamie ! Particulièrement son succulent Colombo, préparé avec tous les produits de son jardin. Pour moi, la Martinique c’est le peuple, la liberté d’être soi-même et d’être l’enfant de mon pays. Je suis tellement fier d’être Martiniquais et de représenter mon île comme mes aînés : Messieurs Gérard Janvion, Thierry Henry, Nicolas Anelka, et Raphaël Varane. »

Pour sa mère, Jeff Reine-Adélaïde est « à 200% Madinina »