À l’occasion du 3e tour de la coupe de France (zone Martinique), le RC Lorrain s’est imposé contre le RC Rivière-Pilote (2-0). Des buts de Marc-Olivier Blemy et de David Picrodé.

Interview de David Picrodé (attaquant), l’un des buteurs du RC Lorrain contre le RC Rivière-Pilote :

Quel commentaire peux-tu faire suite à la victoire du RC Lorrain contre le RC Rivière-Pilote (2-0) ?

« C’est un match qu’on a préparé sérieusement. On savait que c’était une équipe qui prônait le beau jeu. On avait travaillé de façon à les gêner. C’est ce qu’on a plutôt bien fait. On a mis un peu de temps à rentrer dans le match parce qu’on a eu nos plans qui ont été un peu chamboulés au dernier moment puisqu’un joueur est arrivé en retard. Cela ne nous a pas permis d’aligner l’équipe qui devait être alignée. Mais après, les consignes ont été respectées parfaitement par tout le monde. Cela nous a permis d’avoir un match maîtrisé. Après mon but c’est un plus. C’est vrai que sur l’action je ne me pose pas beaucoup de questions. Je fais l’appel. La passe est parfaite et j’enchaîne par une repris, avec mon pied gauche, dans la lucarne opposée. »

En coupe de France, le prochain match sera face à la Samaritaine. Vous sentez-vous capables de remporter la rencontre ?

« La Samaritaine, le champion de Martinique en titre a fait un gros recrutement cette saison. Ils ont bâti une équipe avec beaucoup d’internationaux. De toute façon, sur un match tout est possible. Je pense qu’on a la capacité de pouvoir gêner cette équipe. C’est ce qu’on a déjà fait par le passé avec des équipes du même calibre. Donc c’est à nous de travailler correctement tactiquement et techniquement afin de mettre en place ce que le coach nous demande. Après le meilleur gagnera. C’est un derby. On jouera notre chance à fond. Mais, on va déjà se concentrer sur le match du week-end contre le Club Franciscain. Le plus important pour nous c’est le début du championnat. Ensuite, on ira au Morne-des-Esses tranquillement pour affronter la Samaritaine. On donnera tout ce qu’on aura à donner. On joue au football pour vivre ce genre de match-là. Je ne pense pas qu’il y ait de l’anxiété ni de pression plus importante que cela. »