En juillet dernier, tu as joué la Gold Cup avec la sélection de la Martinique… Comment as-tu vécu votre parcours aux USA et comment juges-tu votre performance dans la compétition?

« Ce fut une expérience assez enrichissante. On a quand même été bons je trouve, surtout dans le jeu. On ne s’est pas ridiculisés. Après, on a quand même perdu trois buts à zéro contre le Panama. C’est ce qui a un peu gâché notre parcours mais au final il me semble qu’on a été plutôt bons. Avec la préparation physique, et après la Coupe des Nations de la Caraïbe, on a réussi à relever la tête et à faire un bon tournoi. C’est dommage qu’on ne se qualifie pas parce qu’on a quand même fait des efforts. Contre le Nicaragua, on a fait une belle prestation, bien pleine. C’est dommage qu’on ne soit pas vraiment récompensés par une qualification. »

 

Comment évalues-tu la préparation physique pour la Gold Cup?

« C’est toujours délicat de mettre une préparation en place quand on sort du championnat. Je pense qu’il n’y a pas spécialement de remarques à faire sur ce sujet-là. On s’est préparés comme on devait se préparer pour ce genre de tournoi. Oui, peut-être qu’on a manqué un peu de jus. Mais c’est surtout parce que l’équipe avait enchaîné les matchs et on n’a pas pu beaucoup faire tourner malheureusement. Mais sinon ça a été… Le staff ne pouvait pas non plus trop appuyer la préparation surtout quand tu joues une compétition comme ça. Donc, c’était vraiment du rattrapage et un maintien de forme. »  

 

FB_IMG_1499537001437

 

Face au Nicaragua, vous gagnez 2 buts à 0, est-ce le plus beau moment de ta carrière?

« Absolument pas! C’était juste un match de foot. Même si ça reste une belle compétition, mais gagner un match de foot sans rien derrière… Ah non! Ce n’était pas comme si on s’était qualifiés. On a juste gagné un match, contre une équipe moins bonne que nous. Donc, je suis satisfait de cette rencontre mais ce n’est pas vraiment le plus beau moment de ma carrière. »

Ce serait quoi ?

« Peu importe en fait. Dès que je gagne, pour moi ils sont tous importants car c’est toujours des bons moments. Les plus récents effacent toujours les plus anciens. Mais au final, dès que je gagne un titre je suis heureux. Toute l’équipe est heureuse et pour moi ce sont vraiment ces moments-là qui comptent.

   

Tu as marqué 3 buts dans cette Gold Cup (face au Nicaragua et un doublé contre les USA), individuellement tu penses que tu pouvais faire plus ou penses-tu que tu étais à ton meilleur niveau?

« Je pense que je n’étais pas à mon meilleur niveau sans être prétentieux. Mais j’ai tout donné en tout cas. C’est surtout ça qu’il faut retenir. Après, j’ai eu de la réussite dans cette compétition cette année. Tant mieux pour moi mais sachez que j’ai tout donné et c’est tout ce que je retiens. »

 

A choisir : Tu as préféré la Gold Cup de 2017 ou la Gold Cup de 2013 où vous gagnez juste le Canada 1 but à 0?

« J’ai aimé les deux compétitions mais pour moi elles se ressemblent un peu. Après, individuellement, j’ai marqué beaucoup plus de buts. Je suis attaquant donc la compétition de 2017 m’a fait beaucoup plus plaisir. J’ai marqué aussi dans le jeu et non pas grâce à un penalty par rapport à 2013. Donc forcément, ça fait plaisir! Cela me fait plaisir certes, mais pour moi, ces deux Gold Cup se ressemblent un peu. On a gagné le premier match et on n’a pas réussi à concrétiser par la suite. »

 

Imaginons que vous vous seriez qualifiés pour les quarts de finale de cette Gold Cup 2017, vous auriez pu tenir le rythme physiquement? On a vu contre le Panama que vous aviez du mal… Cela allait être mission impossible ?

« Non ça n’allait pas être une mission impossible. Je pense que toutes les équipes sont fatiguées à ce moment-là de la compétition… Mais les matchs auraient été plus compliqués car on affronterait du coup des équipes qui ont pu se qualifier en quart de finale facilement. Néanmoins, ça n’aurait pas été totalement impossible. »

 

La Martinique en 2018 aura Mario Bocaly comme sélectionneur, Fabrice Reuperné en adjoint et très certainement Frédéric Piquionne comme manager général… Que penses-tu de ces trois hommes? Ils pourront renforcer le niveau de la sélection et apporter d’autres renforts professionnels d’après toi?

« Oui. Je pense que c’est une équipe jeune qui a une autre vision du football. J’espère qu’ils auront autant de succès que lorsqu’ils étaient joueurs. Après, il faudra surtout adhérer à la méthodologie des nouveaux coachs et hausser le niveau tout de même. Je pense que Frédéric devra ramener des renforts professionnels, c’est certainement pour cette raison qu’on l’a appelé et ce sera son objectif. Maintenant, j’espère qu’il pourra ramener des joueurs de qualité. Il faudra qu’ils gardent cette mentalité: lorsque les joueurs viennent, ils ont toujours un bon état d’esprit. Si Frédéric parvient à faire venir des joueurs plus prestigieux, sans faire offense à ceux qui sont déjà venus, ça pourra faire du bien au groupe. »

 

Enfin, que peux-tu dire aux gens qui ont suivi et supporté la sélection depuis les Antilles, la France, et même aux Etats-Unis?

« Je pense qu’on a été quand même bien soutenus parce que les phases finales de la Coupe des Nations de la Caraïbe se sont très mal passées. On a ressenti le soutien de nos supporters. Donc je leur dis merci et on fera tout pour mieux les représenter. »