L’Aiglon du Lamentin a disputé un 32e de finale de Coupe de France historique face à Orléans. Collectivement quelles expériences retenez-vous de ce match ?

« Tout simplement, en plus de ce match, je dirai que c’est notre aventure en Coupe de France qui a été extraordinaire. On s’était dit qu’on allait essayer d’aller le plus loin possible. Mais on ne s’était pas dit qu’on irait jusqu’en 32e de finale de Coupe de France. Donc c’est l’aventure qui a été belle. Le match face à Orléans a couronné le tout. On a fait un bon match contre cette équipe de Ligue 2. Cette équipe a d’ailleurs un bon football. Elle joue bien. Elle nous a bousculés souvent dans le match. Donc c’est quand même une belle expérience collective. Après, malheureusement c’est fini. Il faudra tout de suite basculer sur le championnat, notre quotidien. Mais en tout cas c’est une très belle expérience collectivement. »

 

En tant que capitaine de l’équipe, avant le match quel a été ton discours de motivation ?

« Très sincèrement, avant le match j’ai parlé à mes coéquipiers mais je n’ai pas fait un discours de motivation parce qu’on était tous concernés. Au niveau de la motivation, on n’a pas beaucoup parlé. On a parlé tactiquement et on s’était dit de vivre les moments à fond. Mais on n’a pas fait de grands discours de motivation. Et ça s’est ressenti. Tout de suite on était dans le match. On a beaucoup défendu et on a essayé de jouer. On était tous mobilisés avant le match et c’est pour ça qu’on n’a trop eu besoin de parler. »

 

Malgré la défaite es-tu fier de ton équipe ?

« Je suis totalement fier de mon équipe. Mais on était déçu après le match. Comme je disais aux joueurs après le match, j’aurais préféré perdre 4 buts à 0 et qu’on n’en parle plus… Alors que là,  on les a poussés à leur dernier retranchement. On est allé en prolongation. On a égalisé deux fois. Donc on a cru à l’exploit. On n’était pas loin ! Vraiment, je n’ai rien à reprocher à mes coéquipiers. On a fait le match qu’il fallait. Malheureusement, ce n’est pas passé mais c’est sans regret. »

 

Comment as-tu trouvé le jeune Maël Crifar, attaquant âgé de 16 ans du club ?

« Justement, pour lui aussi c’était nouveau. C’est un talent. Tout le monde sait que c’est un talent. D’après moi, il va atteindre le niveau professionnel. En tout cas, j’espère pour lui. C’est tout le mal que je lui souhaite. Face à Orléans, il était dans son match. Il a provoqué. Il a fait tout ce qu’il pouvait. Mais c’est clair, lui et les autres nous avions senti la différence de niveau. C’était difficile par moment avec le froid en plus… Mais il était dans son match. »

 

Concrètement, qu’est-ce qui était difficile face à l’US Orléans ?

« C’était une équipe qui pressait haut donc c’était difficile de poser son jeu. On n’était pas très tranquille lorsqu’on posait notre jeu. On l’a quand même fait par moment. Mais c’était vraiment le froid. Au fur à mesure du match la température descendait et la fatigue « montait ». Donc c’était compliqué. Plus le match avançait et plus c’était compliqué de faire les efforts. Surtout à ce niveau. C’est clair, footballistiquement parlant Orléans est une bonne équipe. Donc tout ça était difficile. Et à la fin il y a un débordement, une erreur défensive et on prend un troisième but qui nous fait perdre le match. Tout ça était difficile. L’équipe adverse, le froid et la fatigue. C’est cet ensemble! »

 

 

Pour toi, comment ont-été les supporters à Orléans ?

« Ils étaient vraiment incroyables. On aurait dit qu’on jouait en Martinique ou en région parisienne. Les Antillais sont venus en masse à Orléans. Ils nous ont supportés aussi du début à la fin malgré le froid. C’était vraiment le douzième homme ce soir-là. Ils nous ont aidés à faire le match qu’on a fait. Je les remercie encore et je ne vais pas arrêter de les remercier. Les supporters ont répondu présents. Des Antillais, des Martiniquais et même des métropolitains étaient pour nous. Sans eux, peut-être que ça allait être plus difficile je crois. »   

 

Retour en Martinique, quel est l’objectif maintenant pour l’Aiglon ?

« L’objectif c’est de tout de suite basculer sur le championnat. Il faut tout de suite tourner le dos à cette Coupe de France. On a déjà perdu des points au classement par rapport à notre épopée en coupe de France. Maintenant, il faut gagner le maximum de matchs que possible. Le championnat aussi c’est notre objectif. Donc il faut essayer de grapiller des points pour terminer le plus haut possible. On ne va pas rester sur cette performance en Coupe de France. On va essayer de faire la meilleure saison possible. »

fb_img_1546884374907

 

Individuellement, vises-tu la Gold Cup 2019 avec la sélection de la Martinique pour conclure cette saison en beauté ?

« Oui. Tout joueur de football et tout compétiteur a des objectifs collectifs comme individuels. Donc moi, avec mon club l’objectif est de faire la meilleure saison possible. Mais oui, essayer d’aller à la Gold Cup avec la sélection c’est un objectif. C’est une très belle compétition que j’ai déjà disputée en 2017.  Je vais tout faire pour y aller une deuxième fois. Donc participer à la Gold Cup en 2019 est un objectif. Je veux faire partie de la sélection pour jouer contre la Guadeloupe. Puis, je veux faire partie de la sélection pour se préparer à la Gold Cup. Il faudra bien figurer dans cette compétition ! »