Heureuse bénéficiaire d’une formation à beIN SPORTS à Milan, durant deux mois (de janvier à mars 2019). Aujourd’hui, étudiante en Master de journalisme à l’Université Lumière à Lyon, Diana Melhem fait partie de ces personnes qui croquent la vie à pleines dents. À l’entendre, sa route semble déjà toute tracée.

« Au début, mon petit frère avait trop peur d’aller tout seul aux entraînements de foot. Mon père m’avait alors demandé d’accompagner mon frère pour tenter de le rassurer. Je n’étais pas très convaincue. Mais, au final, on s’est inscrits tous les deux et on a joué pendant huit ans, ensemble. »

Diana Melhem n’a que huit ans quand elle tape ses premiers ballons et découvre sa passion pour le football. Cette loquace Franco-libanaise débute ce sport dans l’équipe de l’ASPTT à Montpellier, la ville où elle grandit. Pendant huit années, elle évolue avec son unique frère et d’autres garçons. La pelouse, ça lui plait. Mais, à ses 16 ans, le football n’a plus le même goût. Du fait de cet âge, il lui est en effet interdit de conduire la balle dans une équipe masculine. La jeune montpelliéraine intègre alors le Montpellier Hérault, à l’époque, le seul club de sa ville doté d’une section féminine. Elle y jouera durant deux ans.

Cependant, l’atmosphère du foot au masculin lui manque. Ne pouvant être au cœur du jeu des garçons, elle décide d’y prendre place autrement en se consacrant au journalisme sportif. « Le fait d’aller aux matchs et de pouvoir écrire ou faire plusieurs types de reportages sur le sport qui me passionne c’est vraiment mon but ultime, aujourd’hui », assure-t-elle.

Un stage à proximité des stars

Elle parle l’anglais, le français, l’espagnol, l’arabe et l’italien. De bons bagages pour gagner sa place dans de grands médias. Lors d’une année de césure en 2019, cette étudiante de 22 ans effectue un stage à beIN SPORTS en Italie, durant deux mois (de janvier à mars). Une formation inattendue qu’elle ne pensait vivre que dans ses plus beaux rêves. « Dans un coin de ma tête, je croyais que ça allait être impossible. Mais au final ça s’est réalisé. C’était vraiment tout ce que je voulais faire. Je me levais le matin, j’étais trop heureuse d’aller au bureau. J’étais à Milan, je découvrais en même temps la ville et une nouvelle culture. C’était tout ce que j’aimais », confie-t-elle.

« J’avais plein de lumière dans les yeux tellement c’était mon rêve »

À beIN SPORTS, au quotidien, la jeune montpelliéraine fait de la veille d’informations et va principalement sur le terrain pour réaliser de petits reportages. Elle exerce la technique de l’interview, celle du montage et participe aux préparations d’émissions télévisées avant les matchs du week-end. « J’ai vraiment vu les coulisses de la télévision et je m’entraînais énormément pour bien réussir mes reportages. Ce qui était compliqué c’était le fait de m’habituer à l’audiovisuel que je ne connaissais pas vraiment. Sincèrement, ça a été un stage vraiment enrichissant. »

En effet, pendant 2 mois elle assiste aussi à plusieurs grandes rencontres et a même le privilège de s’assoir dans les tribunes des journalistes, d’entrer dans les vestiaires des joueurs et d’être présente lors des conférences de presse d’après match.

« Grâce à beIN SPORTS, j’ai pu être au cœur du monde du foot »

Pendant son stage, la jeune franco-libanaise croise également d’autres stars du foot : Francesco Totti, Daniele De Rossi, Leonardo Bonucci, Lorenzo Insigne, ou encore Mauro Icardi. Au cours de ces deux mois, elle se trouve au cœur du monde du ballon rond ; un milieu dans lequel il n’est pourtant pas si facile de mettre les pieds. Lors d’un Naples – Juventus (1-2), le plus gros match en Italie, Diana est heureuse. Elle vit un rêve. « J’attendais cette rencontre depuis des semaines… Le jour J, je vois toutes les stars, les grands joueurs. Il y avait une ambiance de malade dans le stade ! J’avais des frissons, avoue-t-elle. À la fin du match, je vais avec mon maître de stage faire des entretiens et il interviewe l’un des plus grands joueurs du monde, Cristiano Ronaldo. Je suis vraiment à deux mètres de lui. Et je suis consciente que c’est quelque chose d’inimaginable ce que je suis en train de vivre. Pour tous les autres journalistes, c’était normal… Mais moi, je suis restée bouche bée ! »

L’Italie en ligne de mire

Actuellement en première année de Master de Journalisme à Lyon, Diana Melhem compte bien revivre ses expériences passées dans les années à venir. Son but, faire de ce stage en Italie son métier à plein temps. « Je veux travailler dans un média comme beIN SPORTS. C’est un rêve et c’est mon objectif. Je veux tout faire pour y arriver. » Le football dans ce pays opère comme une religion à ses yeux. D’ailleurs, elle aspire à revivre des moments exceptionnels lorsqu’elle deviendra journaliste professionnelle. « J’ai vu un match de Coupe d’Europe, Rome contre Barcelone (3-0). Je n’avais jamais ressenti les mêmes émotions dans un autre moment de ma vie. Dans un stade de foot, je ressens des émotions que je n’arrive pas à ressentir ailleurs, déclare-t-elle. Ces émotions-là, je les ai ressenties en Italie et pour moi je dois y retourner. Les stades italiens m’appellent ! »