Le nouvel entraîneur de l’Aiglon du Lamentin, Fabrice Reuperné veut transmettre la culture de la gagne à ses joueurs, cette saison.

Après avoir promu le Golden Star en Régional 1 (2019/2020), Fabrice Reuperné s’est engagé avec l’Aiglon du Lamentin en tant qu’entraîneur, cette saison. Avec sa nouvelle équipe, le sélectionneur adjoint de la Martinique compte remporter toutes les compétitions, en concernant tout un club :

« Si on veut gagner des trophées, il faut avoir un esprit d’équipe, une philosophie et du caractère. Tout ça, on le gagne avec 25 joueurs et non 16 joueurs. Gagner, c’est toute une dynamique collective. Il faut que le club et les dirigeants aient aussi envie de gagner en mettant les moyens pour pouvoir chercher un titre et changer certaines habitudes. C’est vraiment un tout. On pourra titiller le Club Franciscain, le Golden Lion et la Samaritaine lorsque tout le monde sera concerné. Il faudra donner aux joueurs une certaine mentalité et les remettre d’aplomb pour atteindre nos objectifs, a-t-il confié sur CVC Sport.

« Lorsqu’on joue un match c’est pour la gagne »

En plus de vouloir concerner tous les membres du club lamentinois, le nouveau coach de l’Aiglon veut instaurer la culture de la gagne à ses joueurs. Une culture essentielle pour remporter des trophées mais qui s’acquière pourtant avec du temps :

« Je suis quelqu’un de très ambitieux. Je suis compétiteur. Et forcément, lorsque je dispute un match c’est pour la gagne. Si je remporte tous mes matchs je suis champion, vainqueur de la coupe de France, et de la coupe de Martinique… Maintenant, il y a une culture à avoir, a-t-il affirmé. Gagner, c’est appliquer une culture de tous les jours. Depuis 1998, l’Aiglon du Lamentin n’a pas été champion. Donc, ça veut dire qu’il lui manque la culture de la gagne. Est-ce que l’instaurer dans l’équipe va prendre du temps ? Je ne sais pas. Mais en tant que coach, j’aurais bien voulu que cette culture s’instaure cette année et être champion fin mai. »

À l’Aiglon du Lamentin, Fabrice Reuperné est accompagné de Lionel Bodelais, Fabrice Piejos, et d’Olivier Cospar.