Selon Saint-Hubert Reine-Adélaïde, sa liste a les compétences et la passion pour « offrir une autre vision et un autre avenir au football martiniquais. »

Ne répondant pas au critère de validité de licence de plus de 6 mois, la liste de Saint-Hubert Reine-Adélaïde a été rejetée par la commission de surveillance des opérations électorales. Une décision qui a contraint le groupe à déposer un recours auprès du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) pour dénoncer des irrégularités commises par la Commission de Surveillance des Opérations Electorales. L’objectif, tout faire pour qu’il y ait deux listes présentes aux élections. La tête de liste, Saint-Hubert Reine-Adélaïde a expliqué dans les colonnes de France-Antilles les raisons de la candidature de sa liste :

« Nous sommes partis du constat que l’équipe actuelle est à bout de souffle au terme de près de 25 années à la tête du football martiniquais, à un titre ou à un autre. Il ne s’agit pas non plus de faire table rase du passé ou de prendre je ne sais quelle revanche. Nous pensons que notre liste, forte de ses compétences aussi bien dans les domaines sportif, technique, administratif et entrepreneurial possède les atouts pour offrir une autre vision et un autre avenir au football martiniquais, a-t-il confié. Les clubs seront au centre de notre action quel que soit le niveau auquel ils évoluent. »

« Aucun nom ni aucune vidéo ne pourront remplacer la passion »

Aujourd’hui, la liste de Saint-Hubert Reine-Adélaïde ne possède toujours pas de nom. Un détail d’ailleurs peu important pour la tête de liste :

« L’emballage ne doit pas tenter de cacher le contenu et nous ne sommes pas dans le marketing. Aucun nom ni aucune vidéo ne pourront remplacer la passion que peuvent seuls ressentir ceux qui ont vécu le football sur le terrain« , a-t-il indiqué.

Selon France-Antilles, l’Assemblée générale élective prévue initialement le 29 novembre a finalement été reportée au 20 décembre à cause du confinement.