Face au contexte sanitaire actuel, Sébastien Crétinoir aimerait pouvoir obtenir des dates précises pour que chacun puisse avoir un objectif et rester concerné sur la saison à venir.

La crise sanitaire et le récent confinement, annoncé par le préfet mercredi, commencent déjà à poser problème au football martiniquais. Par exemple, face au contexte actuel, la Samaritaine est désormais contrainte de renoncer au tour préliminaire de la Ligue de la CONCACAF. En effet, l’équipe de la commune de Sainte-Marie devait affronter le CD Universitario de la Paz (club panaméen) au stade Rodney Carew de Panama City, les 4 et 10 août en match aller-retour. Une situation pénible pour les jaunes et verts qui comptaient aussi un effectif trop restreint (joueurs cas contact au Covid ou bloqués par leur employeur) pour aller représenter la Martinique à l’international.

Difficile donc pour les joueurs samaritains de rester focus sur le football. C’est d’ailleurs ce que Sébastien Crétinoir a expliqué à Clara Elmira dans l’émission Tous à bord sur ViàATV, jeudi :

« Pour un joueur, c’est difficile de rester mobilisé lorsqu’on n’a pas de dates précises de reprise. C’est ce qui se passe avec la situation sanitaire. On peut rester une semaine confiné comme on peut y rester près d’un mois. Donc on n’a pas de dates et ce n’est pas évident de rester concerné. Lorsqu’il y a eu la première interruption de la saison, tout le monde attendait que le premier confinement se termine pour pouvoir terminer la saison. Mais au final, elle n’a pas pu reprendre du tout, a-t-il confié. Après avoir vécu ça, maintenant quand on entend confinement, c’est difficile de rester concerné pour pouvoir atteindre les objectifs. Ce qui aurait été bien, c’est de pouvoir obtenir des dates butoirs pour que chacun puisse avoir un objectif et rester concerné sur la saison. »

Autre incertitude : quel sera l’entraîneur de la Samaritaine, cette saison ? Guy-Michel Nisas est pressenti à la tête de la sélection de la Martinique pour succéder à Mario Bocaly.