L’ancien défenseur martiniquais, José Pierre-Fanfan donne ses impressions sur la défaite du Club Franciscain contre le SO Cholet (1-2) et définit clairement son rôle en sélection de la Martinique.

Interview de José Pierre-Fanfan :

Le Club Franciscain a perdu contre le SO Cholet (1-2) lors du 8e tour de Coupe de France. Quelles sont tes impressions sur la rencontre ?

« Dès l’instant où il y a une défaite, c’est toujours une déception. Après, c’est toujours un plaisir dans tous les cas de voir le football martiniquais se confronter justement au football hexagonal. C’était une National en face. Il faut rappeler que le Club Franciscain n’avait que 4 matchs officiels dans les jambes. Donc, il y avait un déficit physique. Après, il y a eu des choses qui ont été intéressantes. Ce qui est dommage, c’est d’avoir pris deux buts sur coup de pied arrêté, deux buts qui étaient évitables. Ils ont fait quasiment jeu égal. Mais, on ne va pas répéter ça chaque année et avoir ce même regret. À un moment donné, il faut progresser aussi. Dans l’ensemble, je reste malgré tout content. Le contexte était très particulier. Il faut rappeler que ce match aurait dû se jouer en Martinique. Finalement, il s’est joué en région parisienne. Donc, il y a une déception pour la défaite mais dans le contenu, il y a des choses intéressantes à retenir. »

Penses-tu qu’il y a des joueurs du Club Franciscain qui ont un niveau de joueurs de National, comme ceux du SO Cholet ?

« Il y a des joueurs qui ont du potentiel. L’inconvénient est que l’effectif du Club Franciscain, qui se connaît depuis plusieurs saisons, ne comporte plus de jeunes joueurs si ce n’est justement le fils de l’entraîneur, le jeune Cavelan. Après dans l’ensemble, ce sont des joueurs expérimentés qui ont loupé le coche pour évoluer sur l’Hexagone. Un joueur comme Abaul avait un gros potentiel il y a 5-6 ans. Aujourd’hui je l’ai vu jouer étonnamment au poste d’avant-centre et pour moi c’est plus un milieu voire un neuf et demi. Il y a des joueurs qui avaient des qualités pour évoluer en Hexagone et qui par choix aussi ont préféré évoluer en Martinique. Mais, il y a toujours eu et il y a toujours des joueurs de qualité au pays. »

Enfin, tu es le manager de la sélection de la Martinique désormais. Quelles sont tes impressions? Parle-nous des missions que tu vas mener prochainement pour les Matinino ?

« Je rectifie déjà, je ne suis pas le manager officiel. J’ai toujours été proche effectivement de la sélection. On me demande encore une fois avec l’arrivée du sélectionneur de pouvoir aider, épauler, faire un peu de lobbying, lorsque je le pourrai ; au niveau des clubs de l’Hexagone et des clubs professionnels de voir s’il y a des possibilités de libérer des joueurs. Je ne serai pas seul à le faire mais si je peux aider je le ferai avec grand plaisir. »

Ce mardi 14 décembre à 11h, la Ligue de Football de la Martinique organise une conférence de presse au siège d’Air Caraïbes pour notamment présenter le nouveau staff des Matinino.