L’ancien entraîneur du New Star, Pascal Lina donne les raisons de sa démission du club ducossais. Il évoque un manque de respect.

Interview de Pascal Lina, l’ancien entraîneur du New Star :

Le 21 avril, tu as démissionné du New Star. Quelles sont les raisons de ta démission ?

« Ma démission est en rapport avec l’actuel président du New Star. Il s’est permis de m’envoyer une composition d’équipe. Il estime qu’il a discuté avec moi alors que ce que je lui ai répondu n’a rien à voir avec la composition d’équipe. J’avais parlé d’une composition d’équipe avec tous les joueurs et nous n’avions pas tous les joueurs. Donc ça ne pouvait pas tenir. Et quand même, il a trouvé bon de m’envoyer une composition d’équipe. Je lui ai dit que je ne comprenais pas. Je lui ai demandé si c’était cette composition qu’il aurait alignée lors du match contre l’Aiglon et il m’a répondu oui. Sur ce, j’ai préféré démissionner. »

Qu’est-ce qui ne t’a pas plu dans la démarche ?

« Je reçois une proposition et il n’y a rien du tout qui suit comme message. Je lui ai demandé si c’était la prochaine composition d’équipe. Il m’a dit oui. On n’avait pas les hommes en place pour appliquer ce que je voulais faire. Donc, j’ai préféré démissionner. Ça ne servait à rien de rester au club. Mon adjoint et moi, nous considérons que c’était un manque de respect. »

Avec le président en place, pourquoi n’avez-vous pas cherché à discuter pour trouver un compromis ?

« Il n’y a pas eu de discussion. De toute façon, quand je lui ai annoncé ma démission, il n’a même pas rétorqué. Il n’a pas essayé de me convaincre de rester et finir la saison. Il n’y a rien eu du tout. Je pense que son choix était déjà acté. »

Que regrettes-tu dans ton passage au New Star ?

« Je ne regrette rien du tout. Cette saison, je n’avais que des jeunes et quelques anciens. Durant la première partie de saison, ce n’était pratiquement que de la formation qu’on faisait. Les jeunes n’avaient pas d’expérience et il leur manquait beaucoup de choses. On a donc travaillé énormément. Le positionnement, le placement, la technicité… En deuxième partie de saison, le travail portait ses fruits. Mais, il manquait encore beaucoup de choses. Ce n’était pas évident. En Régional 1, tu n’as pas le temps de faire de la formation puisque tu n’as pas beaucoup de temps. Donc, il fallait aller vite et il y a encore beaucoup à faire avec ces jeunes-là. Ils peuvent encore progresser mais il leur faut du temps. Et, je le répète, en Régional 1, on n’a pas le temps de faire de la formation. J’espère que le travail que j’ai pu faire avec mes adjoints va leur servir. C’est tout ce que je leur souhaite. »

Comptes-tu entraîner un nouveau club en Martinique ?

« Pour le moment, j’ai arrêté. Ça va me permettre de souffler et de me remettre en question. C’est ce qui était prévu lorsque j’avais quitté le Lorrain et je n’ai pas eu le temps de le faire. Il reste 4 journées de championnat et j’aurai le temps de souffler et d’oublier un peu le football. Je vais me diriger vers d’autres occupations que j’ai. Je n’ai pas que le foot dans ma vie. Je vais partir vers d’autres horizons. On verra la saison prochaine si ça me dit de recommencer à entraîner. On verra. »

Si la saison prochaine le RC Lorrain te fait une proposition, est-ce que tu fonces ?

« Au cas où je change d’avis, je ne pense pas que je retournerai au Lorrain. J’ai déjà tourné la page concernant le RC Lorrain. Quand j’étais là, j’étais parti pour faire un gros travail au club. Mais, comme on ne laisse pas le temps aux entraîneurs de faire un travail sur une durée… Tous les présidents sont pressés. Ils veulent les résultats. Mais, quand on ne donne pas le temps, ça ne tient pas la route. C’est décevant pour le RC Lorrain car ils n’ont pas un entraîneur diplômé sur le banc. Mais vous savez, il y a d’autres choix et d’autres entraîneurs. À eux d’en trouver pour redresser le club. »