La footballeuse martiniquaise, Johanne Guillou nous parle de l’événement qu’elle organise le 26 mai au stade d’Honneur du François et de sa fin de carrière internationale.

Interview de Johanne Guillou, l’une des meilleures footballeuses martiniquaises :

Le jeudi 26 mai au stade d’Honneur du François se tiendra un événement en rapport avec le foot féminin « Foot évolisyon fanm bel. » Pourquoi organises-tu cet événement ?

« Je suis footballeuse depuis près de 26 ans et depuis plus de 2 ans j’avais ce projet-là en tête. Aujourd’hui, je veux mettre les femmes à l’honneur en alliant football et femmes cheffes d’entreprise. Au football féminin, il y a des mères de famille qui gèrent leurs enfants à côté du foot. Il y a également beaucoup de femmes qui arrivent à allier football et vie personnelle ou encore vie professionnelle. Donc, il était temps pour moi de mettre la femme à l’honneur. C’est d’ailleurs grâce à Tassiana Tinaut si cet événement prend forme. C’est elle qui m’a poussée à réaliser l’événement et elle effectue un travail énorme. »

Le document de présentation :

Il y aura un tournoi de foot féminin et des stands de femmes cheffes d’entreprise. Comment as-tu contacté et persuadé ces entrepreneuses à venir à ton événement ?

« Concernant le village artisanal, c’est également Tassiana Tinaut qui en a eu l’idée. Pour persuader les entrepreneuses, ça n’a pas été si compliqué que ça. Elles ont trouvé que mon incitative était un très beau projet. En même temps, ce projet vise à les mettre à l’honneur. Donc, ça les intéressait. Grâce au bouche-à-oreille, les réseaux sociaux et aux appels, j’ai pu rentrer en contact avec elles. L’événement aura lieu la même semaine que le jour de la fête des Mères. Il y aura un tournoi avec 16 équipes invitées et une équipe de la Guadeloupe : le Sporting Club de Baie-Mahault. »

Quelles seront les personnalités présentes à « Foot évolisyon fanm bel » ?

« Il y aura le président de la Ligue de Football de Martinique et le président de la commission du football féminin à la Ligue. Il y aura aussi Aurélie Nella, la maire de Ducos, l’image qui prouve que les femmes arrivent à avoir leur place dans la société. Il y aura également Josette Manin, Nathalie Jos et Karine Mousseau qui habite le François et qui elle aussi est dans la politique. »

Rappelons que tu es considérée comme l’une des meilleures joueuses du football martiniquais. Comment vis-tu cela ?

« Je le vis très bien. On dit que je suis l’une des meilleures joueuses de la Martinique mais pour moi il y en a d’autres qui sont peut-être moins connues que moi mais qui ont quand même fait les beaux jours de leur club et de la sélection de Martinique. Donc moi, je prends cette distinction en toute humilité. »

Tu as également été capitaine de la sélection de la Martinique. À ce propos, tu as annoncé la fin de ta carrière internationale. Pourquoi l’avoir fait ?

« Pour moi, ma mission est finie au niveau de la sélection de la Martinique. Je pense qu’il fallait passer le flambeau aux plus jeunes. Vu que c’était le moment opportun, je l’ai saisi pour pouvoir annoncer ma retraite internationale. Mais, je reste au service de la sélection. Pas forcément sur les terrains mais en tout cas en dehors. Si la sélection de Martinique a besoin de moi, je répondrai présente. »

Bientôt l’annonce de ta fin de carrière ?

« À un moment donné oui, j’y pense. J’ai un peu du mal à l’accepter pour l’instant, donc je le prends step by step. Je préfère déjà annoncer la fin de ma carrière internationale. Et par la suite, j’annoncerai la fin de ma carrière de footballeuse. »

À 37 ans, tu te fixes de jouer encore combien de temps ?

« Je me fixe encore jusqu’à la fin de saison. J’ai pour objectif de tenir mes engagements puisque j’ai signé une licence pour une saison. En tout cas, si le corps et la santé me le permettent, je souhaite aller jusqu’au bout de ma saison. Ensuite, j’annoncerai très certainement la fin de ma carrière. »