L’ancien milieu offensif de la sélection de la Martinique, Steve Gustan garde de très bons souvenirs du football martiniquais. Dans cette interview, le Matinino loue également son passage aux Girondins de Bordeaux.

Aujourd’hui, tu joues à l’ASPTT Champigny (en île-de-France). Auparavant, tu as joué en Martinique (Club Franciscain, C.S. Bélimois, Golden Lion, et en sélection). Gardes-tu de bons souvenirs du football en Martinique.

« J’ai beaucoup de bons souvenirs de mes anciennes équipes en Martinique. D’ailleurs, ce sera très difficile de décortiquer tous les bons moments que je garde en mémoire. Au Club Franciscain, je me souviens de la finale de la coupe des clubs champions d’Outre-mer contre l’Union sportive stade tamponnaise. On avait gagné la rencontre 2 buts à 1 et c’était mon premier titre avec le François. L’ambiance était vraiment superbe. Il y avait de la musique. J’ai marqué aussi… Donc j’ai vraiment apprécié ce moment. Par ailleurs, j’aimais particulièrement les entraînements au Club Franciscain car il y avait à la fois beaucoup de chambrage mais aussi énormément de qualité. A chaque entraînement, tu avais 2 équipes qui ne voulaient jamais perdre et qui tiraient dans le même sens.

Au C.S. Bélimois, je me remémore lorsque nous avions gagné la finale de Coupe de France zone Martinique contre le Club Colonial (2011). Voir à quel point nos supporters étaient fiers de nous… J’étais vraiment content car c’était mon premier titre avec un autre club que le François.

Au Golden Lion, je n’ai pas trop de souvenirs car c’était un passage éclair si je puis dire (3 mois). Mais, ça s’est très bien passé et j’avais déjà des amis là-bas donc au niveau de l’intégration ça m’a aidé.

En sélection de la Martinique, je me souviens de la Gold Cup en 2013, bien sûr. C’est une compétition à vivre en tant qu’amateur et passionné de football ! En fait, on se rapproche du milieu professionnel au niveau de l’encadrement, de la rigueur, de l’intensité lors des matchs… La Gold Cup est un tournoi à part. C’est vraiment autre chose ! »

Comment juges-tu le niveau du football en Martinique ?

« Pour moi, le niveau du football de la Martinique est au-dessus de la moyenne. Quand je compare la DH en Île-de-France et celle de la Martinique, en qualité intrinsèque, nous n’avons rien à envier. Les club en Île-de-France sont meilleurs au niveau de la discipline et de la rigueur, que nous Antillais nous n’avons pas suffisamment. »

Que faudrait-il améliorer en Martinique pour rivaliser constamment avec les clubs en France, d’une manière générale ?

« Ce qu’il aurait fallu améliorer : ce sont les relations entre clubs professionnels et amateurs car il y a beaucoup de jeunes pétris de talent sur notre île. Charles-Edouard Coridon a réalisé une journée de détection pour nos jeunes, avant le confinement. C’est bien et c’est aussi vers ce sens-là qu’il faut aller ! »

« Steve Gustan est un joueur pétri de talent. Il est doté d’une vitesse et d’une vision de jeu hors normes. Très technique, il a une facilité gestuelle que j’ai rarement vu. Ses qualités sont bien évidemment son intelligence de jeu mais c’est aussi un meneur d’homme. C’est-à-dire, qu’il motive ses coéquipiers à aller chercher un résultat positif dans les moments difficiles. » Mickaël Sifflet (Staff ASPTT Champigny)

Football Club des Girondins de Bordeaux (féminines) — Wikipédia

Aussi, tu as été au centre de formation des Girondins de Bordeaux et également joueur de l’équipe réserve du club… Qu’est-ce que tu retiens de ce passage ?

« Je ne garde que du positif de mon passage à Bordeaux. C’est vraiment un autre monde. Ils mettent tout en œuvre pour que tu sois bien installé et que tu donnes le meilleur de toi, chaque jour. Sincèrement, j’ai aimé les entraînements. La pelouse était toujours bien coupée. Les coéquipiers se donnaient toujours à 200%. Vraiment au top ! Les supporters venaient même nous demander des autographes, après les entraînements, alors que nous étions seulement en 18 ans nationaux. Quand tu sors de la Martinique à 17 ans et que tu vis ça, tu prends conscience de l’endroit où tu as atterri. Après, toujours lors des entraînements, il y avait beaucoup d’intensité et les exercices on les répétait plusieurs fois, que ce soit la tactique, le physique ou la technique… J’ai vraiment beaucoup de bons souvenirs et je ne saurai pas vraiment lesquels partager.« 

Info : Après avoir remporté le championnat de France des équipes réserves, Steve Gustan n’a pas signé chez les professionnels des Girondins de Bordeaux, malgré quelques convocations. Le club a préféré engager en priorité trois de ses jeunes qui évoluaient en équipe de France U18. Cette année-là, Gustan avait pourtant l’occasion de faire des essais dans les équipes A de Lorient et Guingamp. Empêché par la concurrence et par une blessure survenue en décembre, Steve a préféré rentrer en Martinique, la deuxième saison.

Quel commentaire peux-tu faire concernant la sélection de la Martinique d’aujourd’hui ?

« Je souhaite aux Matinino d’aller le plus loin que possible à la Gold Cup 2021. J’ai beaucoup d’amis qui sont toujours en sélection. J’espère aussi un come-back de Kevin Parsemain car j’estime qu’il faut s’entourer des meilleurs pour aller jouer ce genre de compétition et défier de grandes nations. »

Interview réalisée en pleine période de confinement due à la pandémie de coronavirus…

« Je n’ai pas le choix. Je suis comme tout le monde. Je reste confiné à la maison et je m’occupe comme je peux : sport, lecture, PlayStation, séries (rires). Aujourd’hui, le football pour moi est secondaire. A 35 ans, j’aide mes coéquipiers de l’ASPTT Champigny. Mais, je me consacre surtout à la vie professionnelle, hors football. »