Josué Joseph-Rose était très en colère après la défaite de l’Essor contre le Golden Star (1-4). Le capitaine du Prêcheur peste contre l’arbitrage.

Interview de Josué Joseph-Rose, capitaine de l’Essor Préchotin, après la défaite de son équipe contre le Golden Star (1-4) :

Défaite 4 buts à 1 et bagarre générale à la fin… Qu’est-ce qu’on retient du match quand on est joueur de l’Essor Préchotin ?

« On ne retient que les erreurs qu’on a faites à l’arrière. Mais, bon… Le football en Martinique descend et le niveau de l’arbitrage n’est pas encore ça. Nous sommes vraiment nuls. »

Pourquoi ?

« Apparemment, dès que l’Essor Préchotin joue, il n’y a qu’une seule équipe sur le terrain. Ils sifflent à chaque fois pour les adversaires mais jamais pour l’Essor Préchotin. C’est toujours soit un plongeon qu’on fait exprès… soit un joueur qui nous a touchés et l’on considère qu’il touche le ballon… Nous, on fait la même chose, c’est carton tout de suite. »

Avez-vous l’impression d’être les mauvais élèves de la classe R1 ?

« D’après ce que j’ai entendu aux infos dernièrement, quand ils ont passé le reportage sur le stade du Prêcheur, oui nous sommes les mauvais élèves alors que ça (NDLR : les bagarres) se reproduit sur plusieurs stades de Martinique. Et personne ne parle de ça. C’est vite fait réglé, 3 matchs. À Rivière-Pilote, au François, ça s’est déjà reproduit. Mais c’est l’Essor. Comme nous sommes habillés en rouge, nous sommes les diables rouges. »

Vous n’avez pas de terrain (le terrain de l’Essor est suspendu) et vous jouez au Carbet. Ça pénalise vraiment le club ?

« Ça pénalise le club, la commune, tout ! Nous sommes habitués à jouer dans notre stade. Mais on est obligés de faire avec. »

Que pouvons-nous souhaiter à l’Essor ? Croyez-vous au maintien ?

« Pour le maintien oui. Cela peut se faire. C’est juste dans la tête que ça se passe. Quand on va tous comprendre que c’est mentalement qu’on va au combat pour jouer au foot, je pense que ça va passer. »