Avant Martinique vs Guinée-Bissau, rappel historique : le dimanche 19 octobre 1997, les Matinino ont gagné le Cameroun (2-1). Des réalisations de Thierry Fondelot, Miguel Duragrin (Martinique) et Salomon Olembé (Cameroun).

Le 24 septembre 2022, la sélection de Martinique affrontera l’équipe de la Guinée-Bissau, au stade Pierre Aliker de Dillon. Une rencontre totalement historique puisque défier une formation africaine reste un événement assez exceptionnel pour les Matinino, souvent accoutumés à jouer face à des sélections membres de la Concacaf.

Mais, devoir de mémoire. L’histoire se déroule le 19 octobre 1997 en Haïti. Un dimanche après-midi, devant près de 30 000 spectateurs massés dans les tribunes du stade Sylvio-Cator de Port-au-Prince, la Martinique crée la surprise en battant le Cameroun (2-1), une nation qui jouera la Coupe du monde 98, quelques mois après.

« Nous avions eu le privilège de participer à un tournoi en Haïti dans le cadre de la réouverture du stade Sylvio-Cator. Je me rappelle la queue formée par les supporters haïtiens pour pouvoir accéder à l’enceinte sportive. Une queue monstre d’un kilomètre environ où l’on sentait la fierté du peuple haïtien, nous a confié Thierry Fondelot l’un des sélectionnés de l’époque. Sportivement, nous avions une sélection très jeune qui découvrait totalement le bassin international du football. Effectivement, nous avions rencontré cette sélection de Cameroun, composée de joueurs amateurs et professionnels. Personnellement, j’avais marqué sur un coup franc, à 25 mètres du but, un peu excentré. Mais, c’est vrai, notre jeune sélection de l’époque avait vraiment rendu une copie intéressante. »

Une ouverture du score de Thierry Fondelot à la 55e minute suivie d’une égalisation à la 70e de Salomon Olembé, le milieu défensif camerounais qui évoluait au FC Nantes à cette époque. Et puis, à la 77e minute, clou du spectacle :

« C’était la première fois qu’on me convoquait. Contre le Cameroun, c’était ma première sélection. Ce jour-là, j’étais remplaçant et je suis rentré en deuxième mi-temps. On m’a donné ma chance. Il restait 15 minutes de jeu et on me donne le ballon sur les côtés au niveau de la ligne médiane. Après mon contrôle, je frappe du pied gauche. Un tir en pleine lucarne qui, je crois, était le meilleur but du tournoi. Grâce à mon but, on gagne 2-1. Après la rencontre, Roger Milla, présent au match, est venu me voir pour me féliciter. Il m’a même proposé de l’accompagner pour faire des tests à Montpellier. Mais, c’est resté sans suite, » nous a expliqué Miguel Duragrin.

Un moment fort de l’histoire du football de la Martinique où les Matinino ont rencontré l’un des tout meilleurs attaquants de l’histoire du football africain : Roger Milla. Qualifiés pour la finale du tournoi, les Martiniquais ont affronté le pays hôte, Haïti, vainqueur de Cuba en demi-finale. La sélection de Martinique n’a pas su faire mieux qu’une défaite (3-0), le jeudi 23 octobre 1997.

.