À l’occasion de la finale de la coupe de Martinique (2019/2020), le Club Franciscain s’est imposé face à l’Aiglon du Lamentin (1-0) au stade Pierre Aliker, vendredi soir. Une réalisation signée Yann Thimon, auteur d’un super but sur coup franc lors de la rencontre.

L’unique but de la rencontre :

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Globallfoot972 (@globallfoot972)

Grâce à ce magnifique coup franc de Yann Thimon, le Club Franciscain a remporté la 64e finale de la coupe de Martinique, vendredi soir au stade Pierre Aliker de Dillon. Pour l’entraîneur des Verts et Noirs, la victoire face à l’Aiglon est véritablement belle :

« Il y a beaucoup de satisfaction, a déclaré Patrick Cavelan sur CVC Sport. Il y a aussi une grande joie puisqu’on avait à cœur de gagner cette coupe et donner un autre titre à ce club déjà bien titré. On n’a pas fini. On a encore soif de victoires. Les joueurs l’ont d’ailleurs montré. Avec beaucoup de discipline et d’envie, on mérite notre victoire face à l’Aiglon. C’est vrai qu’ils ont été meilleurs que nous le 23 décembre dernier (finale coupe VYV) mais aujourd’hui je crois que notre victoire n’est pas volée. »

« Quand on perd une finale, il n’y a pas de satisfaction »

Toutefois, il y a eu aussi de la déception à la fin de la rencontre, notamment au sein de l’effectif de l’Aiglon, à l’image de Fabrice Reuperné qui a du mal à avaler cette défaite contre le François :

« Quand on perd une finale de coupe de Martinique, qui n’est pas un match de championnat, il n’y a pas de satisfaction. Ils ont été meilleurs que nous. Tant mieux pour eux et félicitations à eux. Nous, on voulait gagner la coupe. Tout ce qui comptait, c’était de gagner… On va continuer à bosser », a déclaré l’entraîneur lamentinois sur la web Tv franciscaine.

Chez les femmes, notons le 10e titre consécutif du RC Saint-Joseph contre l’Avenir du Saint-Esprit (4-1), lors de la finale de coupe de Martinique. Avec notamment un quadruplé de Prisca Carin qui ne fera pas débat même si Maëlys Bertolo réussira tout de même à sauver l’honneur des Spiritaines.